Hyperphagie boulimique : c'est quoi?

On a tous déjà entendu parler d’anorexie et de boulimie, ces troubles du comportement alimentaire (TCA) qui apparaissent le plus souvent à l’adolescence. Mais avez-vous déjà entendu parler d’hyperphagie boulimique ? J’imagine que non ! Petit topo sur ce TCA quelque peu difficile à gérer au quotidien, dont personne (ou presque) ne parle et qui touche pourtant autant de femmes que d’hommes à l’âge adulte.

Anorexie et boulimie : le fléau des adolescent(e)s !

Vous avez certainement déjà vu des émissions chocs évoquant ces deux troubles du comportement alimentaire. On en parlait aussi beaucoup dans les magazines pour dénoncer l’extrême minceur des mannequins. Si le sujet vous a échappé, séance rattrapage.

L’anorexie mentale

C’est une maladie mentale qui a des conséquences affreuses sur le corps et sur la santé de ceux qui en sont victimes. L’anorexique refuse de s’alimenter pour ne pas grossir et a toujours le sentiment d’avoir des kilos à perdre même lorsque son corps est totalement amaigri. L’image qu’elle a d’elle est totalement faussée par ce besoin de maigrir à tout prix. L’anorexie mentale touche entre 0,9 et 1,5 % des femmes et 0,2 à 0,3 % des hommes, la plupart du temps à l’adolescence.

La boulimie

La boulimie se traduit par des crises au cours desquelles la personne absorbe une quantité astronomique de nourriture, n’importe quand dans la journée, sans pouvoir s’arrêter. Prise de remords et ayant peur de grossir, celle-ci se fait ensuite vomir dans le but de rejeter toutes ces calories englouties et ainsi effacer cette peur de prendre du poids. La boulimie touche 1,5 % des 11–20 ans et concerne majoritairement les jeunes filles.

L’hyperphagie boulimique dans tout ça, on en parle ?

Nous on trouve qu’on n’en parle justement pas assez ! L’hyperphagie boulimique a beaucoup de points communs avec la boulimie. Il s’agit là aussi d’une consommation excessive et rapide d’une très grande quantité de nourriture, avec culpabilité à la clé. La différence avec la boulimie ? Pas de vomissements, les calories ingurgitées sont belles et bien stockées. Cette fois-ci, c’est plutôt à l’âge adulte qu’elle se déclare.

Pourquoi on s’inflige ça ?

Tout simplement parce qu’on manque cruellement de confiance en soi, d’estime de soi et aussi parce qu’on vit dans une société où une fille belle est une fille mince. Il suffit de regarder dans les magazines ou à la télévision pour s’en rendre compte. On peut aussi avoir des troubles du comportement alimentaires du fait d’avoir, dans notre entourage, des personnes qui en sont (ou en étaient) victimes. Le plus difficile reste sûrement de déterminer la cause de ce comportement.

C’est quoi le remède pour soigner ces troubles du comportements alimentaires ?

Il n’y a malheureusement pas de remède miracle. Ce serait pourtant tellement cool de prendre un cachet et pouf : tout va mieux. Ce n’est bien évidemment pas le cas. Bien souvent, c’est un blocage psychologique qui en est la cause et sur lequel il faut travailler. On est bien placées pour vous dire que ce n’est pas chose facile… L’aide d’un psychologue pourrait, à priori, aider. Il y a également des centres spécialisés pour les personnes atteintes de TCA sévères.

Notre combat au quotidien

Nous avons toutes les deux de légers troubles du comportement alimentaire. On préfère dire léger pour se rassurer mais cela dure depuis des années ce qui prouve bien que ce n’est pas si léger que ça. C’est après de nombreuses recherches qu’on est tombées sur l’hyperphagie boulimique. Les symptômes collent parfaitement à ce que l’on vit. On est vraiment soulagées d’avoir pu mettre un terme sur ce qui nous pose problème depuis si longtemps. Nous sommes passionnées de nutrition aussi parce qu’on a toujours cherché des réponses et qu’on était dans l’envie de toujours mieux faire : mieux manger, mieux comprendre, mieux vivre. C’est également  pour ça qu’on a créé ce blog : pour transmettre tout ce que l’on a appris et apporter notre soutien à ceux et celles qui en auraient besoin. Laura est même allée plus loin dans sa démarche, en commençant des études de diététique avec l’envie d’aider les autres à se sentir mieux et surtout, heureux !

Source de l’image : mangermediterraneen.com

Partager :