Bilan défi 21 jours sans sucre ajoute

Vous le savez : Laura est en plein BTS pour devenir diététicienne (que je suis fière d’elle!). Pour son mémoire, elle devait choisir une thématique et elle a choisi… (roulement de tambour) le SUCRE mais plus précisément le SUCRE AJOUTÉ.

Après de multiples recherches scientifiques et sociologiques et afin d’illustrer son projet elle a lancé une étude sur un panel d’environ 40 personnes. Objectif zéro sucre ajouté pendant 21 jours !

En tant que blogueuse food, pas facile facile de prendre part à l’aventure. Pour autant, j’avais bien envie de me laisser tenter par ce challenge. Je n’ai donc pas consommé de sucre ajouté pendant 21 jours.

Ça peut paraître long mais c’est le temps qu’il faudrait pour perdre une habitude et/ou en reprendre une nouvelle et voir les effets sur l’organisme. L’objectif de cette étude ? Voir l’impact du sucre ajouté sur le poids mais aussi sur les émotions et les frustrations que cela engendre.

Le défi sans sucre, un vrai challenge

Les 1ers jours étaient un peu compliqués. Je ne consomme pourtant pas beaucoup de sucre. Je suis 1000 x plus adepte du salé que du sucré. Malgré tout, se priver d’un aliment, quelqu’il soit, peut mener à des frustrations. Ça a clairement été mon cas. 🙂 La 1ère semaine j’avais des envies de sucre alors que ça n’arrive (quasi) jamais. L’habitude du carreau de chocolat noir à 10h a été dure à perdre aussi.

En plus des sucres présents dans nos pâtisseries ou autres douceurs, il fallait démasquer les sucres cachés ! Ils sont présent dans un grand nombre de produits industriels et on a parfois de (mauvaises) surprises. Prenons les bouillons de légumes (bio). 2ème ingrédient : sucre ! Un sel aux épices : sucre. Le Maggi (cher au cœur des alsaciens) : sucre. Pesto ? Sucre !

Quelques petits conseils pour éviter de se faire avoir. Oui parce que consommer du sucre en pleine conscience : ce n’est pas un problème. Par contre les sucres cachés : on dit NON !

  • Éviter les produits transformés, encore plus lorsqu’ils sont industriels !
  • Bien lire les étiquettes des produits. Il y a d’ailleurs des applications qui pourront vous aider à ça sur smartphone comme Open Food Fact (que je connais bien) et Yuka (qu’à conseiller Jasmine). Elles vous donnent la composition exacte des produits et indique aussi à quel point ils sont bons (ou pas) pour vous.
  • Se mettre aux fourneaux. Cuisiner est la meilleure façon de savoir ce que vous avez dans vos assiettes. Si vous saviez ce qui se cache parfois dans les plats préparés…

Au final, la 2ème semaine était plus simple et la 3ème l’était plus encore. Je ne dis pas que rien ne me manquait mais je pouvais en tout cas m’en passer sans être frustrée.

Bilan des 21 jours sans sucre

À la fin de ce défi, j’ai constaté plusieurs choses :

  • J’ai perdu 1,5 kg. La perte de poids est assez surprenante dans la mesure où j’ai fait peu de sport et mangé parfois plus et plus gras (combo double tartiflette + burger frites le même weekend !).
  • Je me rends compte que le sucre est assez addictif… On peut en avoir parfois envie sans même savoir pourquoi. Pourtant, je ne suis vraiment pas une suggar addict, c’est ce que je trouve dingue.
  • Je me suis aussi rendue compte que le sucre caché est un peu partout, surtout dans les produits industriels transformés. Heureusement : j’en achète très peu donc moins d’impact sur mes habitudes de consommation. J’ai tout de même eu quelques surprises vis-à-vis de produits que je consomme régulièrement.
  • J’ai l’impression de mieux dormir mais c’est peut être aussi lié à la baisse du stress. À vérifier !

À la fin du défi, j’étais fière de ne pas avoir craqué. On croit consommer très peu de sucre mais on se rend vite compte que le sucre est partout, sous nos yeux ou caché, et qu’on en consomme plus que ce que l’on pensait. J’ai dû faire plusieurs recettes sucrées pour le blog. Parfois même des desserts que j’aurai bien aimé goûter… mais je n’y ai pas touché. Motivation quand tu nous tiens !

Au final, ce challenge permet de prêter plus attention à ce que l’on mange et de voir les conséquences que ça peut avoir sur notre organisme. Aujourd’hui, le défi est terminé mais je ne compte pas me ruer sur le sucre pour autant. Comme le dit si bien Laura : il n’est pas nécessaire à notre organisme (on vous expliquera tout ça dans un prochain article). Je n’ai pas non plus décidé de passer au mode « zéro sucre ». C’est comme tout : on choisit plutôt le mode « avec modération ». 🙂

Lorsque ses examens seront terminés et surtout lorsqu’elle aura passé sa soutenance de mémoire, Laura fera un article bilan complet sur les résultats obtenus lors de son étude. Ils dépendent évidemment de chaque personne mais elle peut déjà vous dire qu’ils sont très impressionnant !

Partager :